COUCOU!

dog-dong-gurl1
Bonjour, vous!

Derrière ce titre ô combien recherché, se cache un référence très subtile à ce moyen de contraception orale somme toute banal.

J'ai commencé prendre la pilule à 13 ou 14 ans, et ça a duré 7 ans à peu près. Et puis je me suis rendue compte des effets secondaires qu'elle provoquait chez moi. Principalement de la rétention d'eau (mais quand même, on allait taper dans les 4-5 kilos hein) et une bonne aggravation de mon syndrôme pré-menstruel. Traduction: les mois passant, j'étais de plus en plus d'une humeur de chien à l'approche de mes règles, pour une durée qui s'allongeait de plus en plus. Donc en résumé: j'étais grosse, j'avais mal à la poitrine, et 10 jours par mois j'avais envie de bouffer tout le monde. Puis j'avais mes règles et donc super mal au ventre. SU-PER.

Donc j'ai arrêté. Je dois avouer qu'il y a aussi eu a petite bouffée de liberté qui m'a enchantée, ne plus avoir à penser à un truc TOUS LES JOURS à la même heure, c'est bonnard. J'ai perdu du poids, mais ce n'est pas uniquement lié à cet arrêt de pilule. toutefois, ça a aidé. J'ai perdu plus de 10 kilos ceci dit, donc j'ose espérer que ma volonté de fer a quelque chose à voir là dedans.

Seulement voilà, la pilule, on ne la prend pas juste pour la prendre. Sa visée contraceptive est quand même très très très pratique. Toujours est-il que je me retrouve dans la situation inverse.

J'ai depuis le début de ma vie sexuelle développé une véritable phobie de la grossesse impromptue. C'est mal, je sais, mais je prends la pilule du lendemain au moins une fois tous les deux mois. Et je fais tous les mois un test de grossesse, "histoire d'être sûre". Je dois générer une bonne partie du chiffre d'affaires de certains groupes pharmaceutiques, si vous voulez mon avis. Et ça ne m'empêche pas d'avoir toujours cette angoisse sourde. Surtout depuis qu'on nous rebat les oreilles avec des histoires de déni de grossesse. Mon pire cauchemar.

J'ai donc pris la décision de reprendre la pilule. Je m'en suis fait prescrire une que je n'avais jamais testée, et là j'attends le début de mon cycle pour démarrer. Là où le bât blesse c'est que je me suis crue maligne d'aller lire la liste INCROYABLEMENT LONGUE des effets indésirables. Mon dieu c'est à se faire bonne soeur. Prise de poids, gain ou perte d'appétit, rétention d'eau, hypertension, acné, thrombose, et là je ne cite qu'une partie de symptômes répertoriés comme "courants".

Je dois donc avouer que je stresse un max. De toutes façons je serai à l'affut de toute manifestation indésirable mais bon... C'est fou que ce soit aussi problématique, alors qu'on est en 2012. C'est quasiment la fin du monde, et on n'a pas encore été foutus de trouver un moyen d'avoir l'esprit tranquille à ce niveau (et je ne parle évidemment pas de toutes les MST et IST...)

Enfin, advienne que pourrave comme dit ma bestah...