Deux films pour le prix d'un, allei!

savagesindex


L'avant-dernier film que j'ai vu était donc savages. Je n'en avais pas parlé ici, parce que franchement il ne le méritait ni en bien ni en mal. L'intrigue était relativement originale, mais son déroulement, et la personnalité des protagonistes, truffés de clichés agaçants. Ajoutez à ça une voix off assez mal placée et fausse, pour ma part ça a achevé de me calmer...
Et pourtant il s'agissait de Blake Lively , et dieu sait que je porte Serena Van Der Woodsen (son personnage dans la série intellectuelle Gossip Girl) dans mon petit coeur. Mais finalement je pense que ça lui va mieux de la jouer prout-prout/proprette que déglingo/camée. Chacun son créneau.
Les deux superbes jeunes hommes (qu'elle se tape, TIENS DONC) (et qui sont meilleurs potes, et d'accord pour se la partager, NON MAIS SANS DECONNER) valent éventuellement le détour, esthétiquement parlant.
Oh et sinon la fin est doublement ridicule, vous êtes prévenus.

 

Bon, et je passe à paranormal activity 4, raison de ma prise de plume de ce jour.

para
Ha tu flippes là, hein

Alors il faut savoir (si si, j'insiste, il faut) que j'ai toujours beaucoup aimé les films d'horreur. Et qu'a priori, peu de choses ont tendance à me faire vraiiiiment flipper. Genre, déjà, les trucs trop peu réalistes, trop surnaturels, ça me parle moyen.

Quand je suis allée voir le premier volet de la série, il y a maintenant une paire d'années, ce qui ne nous rajeunit pas mais ceci est un autre débat, j'étais donc confiante. Et naïve [Bon, et sûrement pas très bien habillée aussi, mais qui n'a jamais connu d'errances vestimentaire??]. Et puis donc je l'ai visionné. Et je dois vous avouer, d'un air un peu contrit, parce que bon, quand même quoi, que j'ai BIEN FLIPPE MA MERE.

Parce qu'en fait les ressorts angoissants du film sont très indistincts. On ne voit presque rien. Et forcément, notre petit bâtard d'esprit masochiste se jette dans la brêche pour imaginer l'entité menaçante comme LE truc sur terre qui nous fait le plus flipper. Soit, pour ma part, les somnambules. Et donc y'a bien moyen d'avoir les mickettes avec ce film-là en ayant identifié l'élément inquiétant comme le somnambulisme.

J'en ai stressé pendant des mois. J'exagère à peine. Je me suis farci des cystites à force de refuser de me lever la nuit pour aller faire pipi.
Donc autant vous dire que j'ai allègrement passé mon tour lors de la sortie des deux volets suivants, toute occupée que j'étais à rétablir mon sommeil et ma flore urinaire.

Et puis là, le 4ème épisode. Et je ne sais pas ce qui m'a pris, je dois avoir des pulsions de rebellion (j'ai refait percer ma lèvre d'ailleurs HIHIHIHIHI), mais j'ai proposé d'aller le voir.

Bon, une fois dans mon fauteuil, je me suis très sérieusement remise en question. Pourquoi m'infligeais-je cela? Quel plaisir ou satisfaction pourrais-je en retirer? Pourquoi suis-je la seule à ne pas aimer la sauce barbecue? (oui non parce que le concept du faux goût de cramé, ça me dépasse totalement) Tant de questions sans réponde, tandis que le film démarrait. Alors, je ne vais pas mentir, j'ai passé les 45 premières minutes à scruter le crâne de mon voisin de devant afin d'éviter de regarder l'écran et de voir des choses que je ne voulais pas voir (super productif, la sortie ciné, vous noterez...) Puis j'ai compris qu'en fait cette fois ils avaient changé de trip, et que les ficelles du 1er ne s'y retrouvaient pas... Pour finalement retomber sur des mécanismes plus classiques et plus manifestes, qui ne m'ébranlent pas vraiment.

Alors du coup (attention, PARADOXE), je dois dire que je n'ai pas vraiment aimé ce film, que j'ai trouvé trop évident, plat et inefficace. Et aussi, pour finir, une chose qui m'a énervée et qui se retrouve souvent dans ce genre de films: la justification foireuse de tout ce qui vient de se passer d'effrayant.

Parfois, il faut arreter de tirer mémé par les cheveux dans les orties, je veux dire.

Sur ces belles paroles, je vous salue bien bas!

licorne500
pour la route ;)